Gants moto : Pourquoi une norme ?

Rouler sans une paire de gants certifiés sur un deux-roues motorisé, au guidon ou en passager, est désormais interdit. Mais pourquoi imposer une norme pour les gants et à quoi correspond-elle ? On vous explique tout ça.

Vous pensez sans doute − et il sera difficile de vous donner tort − que rien ne ressemble plus à un gant de moto qu’un autre gant de moto ? C’est précisément pour cela que les normes existent : elles permettent , via la classification en EPI (équipement de protection individuelle) de différencier un équipement protecteur d’un équipement qui semble protecteur. Et, au moment de rendre le port d’un équipement obligatoire, ce dernier doit forcément correspondre à une norme donnée. Devenu obligatoire à moto il y a plus de 40 ans, le casque devait alors répondre à la norme NF. Le décret concernant les gants indique sobrement que ceux-ci doivent être « conformes à la réglementation relative aux équipements de protection individuelle ». Cette norme porte le numéro EN 13594:2015 (pour sa révision la plus récente) et vous garantit que la protection apportée par vos gants a été validée par un laboratoire indépendant. Ceci dans le but de ne pas pouvoir acheter un modèle risquant de se déchirer à la moindre chute.
Depuis 2015, la norme porte un nom plus précis puisqu’elle concerne les « Gants de protection pour motocyclistes » . C’est donc bien cette norme qui s’applique aux gants que les fabricants font certifier depuis un an. Et qui sont donc les gants présents dans les rayons des revendeurs depuis cette année.

Une garantie pour la protection minimale offerte

Pour pouvoir être certifié et porter les étiquettes qui le prouvent (voir ici), un gant de moto homologué CE doit résister à l’abrasion durant 4 secondes.  Les coutures sont également testées ainsi que la résistance de chaque matière à la coupure ou la capacité du système de maintien à garder le gant sur votre main en cas de chute. Attention, le renfort supérieur est facultatif : la norme n’impose pas du tout cet élément, généralement appelé « coque » et situé sur le dessus de la main, puisque quand on chute, le réflexe est de se protéger en tournant la paume des mains vers le sol. C’est donc bien cette partie qui doit résister à la morsure du bitume.
Dernier détail, et non des moindres : les gants disposant uniquement d’une étiquette CE répondent certes à la directive (et c’est tout ce que la loi exige !) mais pas à la norme EN 13594 certifiée par un laboratoire indépendant. S’ils peuvent encore être vendus (et donc utilisés), il est vivement conseillé, pour une nouvelle acquisition, de se diriger vers des gants certifiés selon la dernière révision de la norme.

Comment reconnaître les gants de moto conformes à ce que le décret impose ? C’est par ici.
Que demande la norme la plus récente pour la certification des gants ? On vous l’explique dans cet article.

Liste des pictogrammes "motard" pour les gants répondant à la norme EN 13594:2015

Un commentaire

Les commentaires sont clos.